Différents types de douleurs

Les dimensions des douleurs:

  • Sensorielle : c'est à dire le caractère physique de la douleur
  • Affective-émotionnelle : c'est à dire la douleur ressentie personnellement
  • Sociologique : l'interprétation des autres de sa douleur, et rôle des renforcements positifs et négatifs qu'elle induit dans la personnalité.

 Les differents types de douleurs:

La douleur aiguë : La douleur aiguë est une douleur vive, immédiate, et généralement brève. Elle est causée par une stimulation nociceptive de l'organisme, tel une lésion tissulaire, pouvant se produire sous la forme d'un stimulus thermique (contact de la peau avec du feu) ou mécanique (un pincement, un coup).

La douleur chronique : Les douleurs chroniques sont des douleurs prolongées dans le temps : elles sont définies par des douleurs qui évoluent depuis plus de 6 mois.

Mecanisme de douleur:

  • Douleur nociceptive:

Lorsqu’on se blesse (brûlure, coupure…), la douleur est déclenchée par l’excitation des récepteurs, c’est-à-dire des terminaisons nerveuses spécialisées dans la transmission du message douloureux. Ce message est ensuite transmis au cerveau via les nerfs périphériques, puis la moelle épinière. C’est au niveau du cerveau que s’effectue la perception proprement dite de la douleur en termes d’intensité, de type et de localisation. Le cerveau et la moelle épinière effectuent un contrôle sur la douleur en la diminuant (effet inhibiteur) mais peuvent l’amplifier dans certains cas inhabituels (effet facilitateur).

Exemple pratique : la caresse, le massage, la pression ou l’application du chaud ou du froid sur la zone douloureuse exercent une action inhibitrice sur la douleur.

  • Douleur neuropathique:

La section ou la compression d’un nerf peut engendrer une douleur sous forme de sensation de chaleur, de brûlure ou de froid, de picotement, de fourmillement, de compression, d’arrachement ou de décharge électrique en éclair ou une sensation désagréable déclenchée par une caresse ou un frottement léger.
La douleur neuropathique est souvent soulagée par un antidépresseur et/ou un  antiépileptique.

  • Douleur psychogene:

Un traumatisme psychique, une angoisse ou une idée fixée sur une certaine maladie voire une déception peut déclencher un syndrome douloureux, parfois difficile à faire disparaître tant que son origine n’est pas reconnue par le patient.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site