Le Circuit de la douleur

 

  • Le stimulus:
  • 

Le stimulus nocicepteur  (mécanique, thermique, chimique…) d’un organe ou tissu (peau, viscère, articulation, muscle),  doit être de forte intensité et capable de nuire  l’intégrité de l’organisme pour provoquer l’apparition d’une zone lésée, concernant un nombre plus ou moins important de cellules.

Sur la zone lésée, une réaction inflammatoire se développe et s'installe: les cellules abîmées libèrent des substances algésiogènes : histamine, sérotonine, prostaglandines, bradykinine, entre autres.

 

  • La création d’un message nerveux:
  • 

Les substances algésiogènes sécrétées se fixent sur des nocicepteurs  déclenchant un mécanisme de création d’un potentiel d’action ou PA. Ce message nerveux se propage le long du neurone sensitif jusqu’à arriver à la moelle épinière. L’intérieure de la fibre nerveuse est naturellement chargée négativement par rapport à l’extérieur. Le message nerveux correspond en fait à une brève inversion de cette polarité résultante d'un transfert d’ions entre l’intérieur et l’extérieur de la membrane. Cette inversion  brutale de la polarisation membranaire constitue un message nerveux élémentaire se propageant le long de la fibre,  appelé PA pour potentielle d'action. Les messages nerveux sont codés en fréquence de PA. Plus il y a de PA plus le message est important.

 

  • La propagation :  
  • 

Du nocicepteur jusqu'à la corne dorsale de la moelle épinière :

Le corps cellulaire du neurone sensitif est situé dans le ganglion spinal, c’est-à-dire dans le renflement présent sur la racine postérieure sensitive du nerf rachidien qui aboutit à la moelle épinière. Son arborisation terminale arrive dans la substance grise de la moelle épinière.

Dans l’arborisation terminale le potentiel d’action  atteint une autre zone de connexion ou de Synapse avec un nouveau neurone le neurone unipolaire, et provoque la libération de neurotransmetteur de la douleur : c’est l’exocytose. Ces neurotransmetteurs vont ensuite aller se fixer sur des récepteurs spécifiques de la membrane post-synaptique. Ceci provoque la formation d’un nouveau potentiel d’action.**

      **Le message douloureux subit aussi un mécanisme de régulation, grâce à la libération de neurotransmetteur d’un inter neurone pré-synaptique, empêchant la formation d’un PA dans la membrane post-synaptique, lors d’une synapse inhibitrice. Dans ce cas la sensation de douleur est atténuée par le propre organisme puisque le message douloureux n’est pas véhiculé jusqu'au cerveau.

De la moelle épinière a l’encéphale :

Le potentiel d’action  part dans le neurone post-synaptique médullaire et progresse dans la moelle épinière puis le neurone se divise en deux vers deux zones du cortex cérébral.

 

 

  • La discrimination : le traitement cérébrale:
  • 

Le lobe pariétal:

Une  fibre nerveuse atteint la zone de la sensibilité générale. La première étape de la discrimination concerne la localisation et l’identification (nature, intensité) du stimulus douloureux.

 Le lobe frontal

Une deuxième fibre arrive au niveau du cortex frontal où se fait la 2e étape de la discrimination motivo-affective C’est ce qui fait que des individus vont réagir différemment à une même douleur, car le cortex frontal prend en compte les facteurs émotionnels : peur, anxiété etc.

 

  • La réaction : Du cortex à l’effecteur
  • 

Les PA venant de ces deux zones corticales se rejoignent au niveau de la zone (aire) motrice. Il en résulte un PA moteur qui quitte le cerveau par une fibre motrice descendante.

La fibre motrice efférente (c'est-à-dire qui part des centres nerveux vers les organes périphériques) parcourt la moelle épinière et sort au niveau concerné par une racine ventrale (donc motrice et sans ganglion spinal) d’un nerf rachidien Elle est reliée à un organe effecteur (muscle, glande....)

Les réactions peuvent être très variées : mouvement réflexe, fuite, sueur, décharge d’adrénaline

 

Schema Bilan:

Circuit de la douleur

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site